Lisbonne immobilier, votre agence immobilière à Lisbonne

Annonces immobilières achat / vente / au Portugal !

Appelez nous au :

00 33 (0) 6 28 56 22 59

00 33 (0) 6 60 61 26 49

Le Portugal fait son marché parmi les retraités européens, parmi eux les suisses !

23/05/2017

Le pays lusitanien espère devenir la Floride de l’Europe grâce à son kit de statuts fiscaux destiné aux pensionnaires et aux investisseurs. Le régime reste contesté.

Les retraités européens sont la cible principale des autorités lusitanienne, et notamment les suisses.

Récemment, une délégation de fiscalistes portugais, accompagnée du consul portugais à Genève, a fait une présentation sur les bords du lac Léman, des avantages fiscaux liés au statut de résident Non habituel accordé par le Portugal aux retraités qui souhaitent venir s’installer sur le sol Lusitanien. Les arguments sont toujours les mêmes et très efficaces :

  • 300 jours d’ensoleillement par an
  • Des avantages fiscaux pendant 10 ans

Dans la salle de conférence prévue à cet effet, les entrepreneurs fortunés de la région genevoise et quelques portugais d’origine installés de longue date ont été sensibles à ces arguments.

Avec son package fiscal (statut de résident non habituel, golden visa pour les investisseurs extra européens, taux d’imposition réduit pour certaines professions, exonération des droits de succession) : le gouvernement portugais est convaincu de pouvoir attirer toujours plus de retraités, mais également de professionnels libéraux à haute valeur ajoutée et de sociétés multinationales souhaitant s’installer au Portugal.

 

Résidents non habituels exonérés d’impôts pendant 10 ans

Depuis 2013, l’administration fiscale portugaise exonère d’impôts pendant dix ans les retraités européens qui souhaitent s’installer dans le pays. La condition principale étant la résidence fiscale, celle-ci doit être basée au Portugal, de ce fait vivre 183 jours par an sur place. Ce statut appelé RNH, est un argument très séduisant, et un outil de promotion économique. En 2015, plus de 6000 Helvètes, le plus souvent fortunés, ont fait le choix franchi de l’expatriation fiscale.

En quelques années, à la suite de la crise de2008, le Portugal a fait un gros pour s’ouvrir vers l’extérieur. Lisbonne par exemple est très cosmopolite.

 

Lisbonne, une entrée sur l’Europe grâce au « Visa doré »

Le Portugal tente également d’attirer les investisseurs extra-européens grâce à ses «Golden visas». Un passeport pour une libre circulation sur le territoire européen, qu’il est possible d’obtenir en moins de 3 mois. Ce « Visa doré » ouvre les portes de l’espace Schengen à tous les personnes prêtes à investir un minimum de 500 000 euros dans un investissement immobilier, un commerce ou une société qui pourra créer des emplois. La nationalité portugaise pourra également être obtenue au bout de 6 ans après l’installation dans le pays.

Plusieurs milliers de «Golden visas» ont été accordés en 3 ans d’existence du statut. Son impact économique est évalué à plus de 2 milliards d’euros d’investissement, principalement dans l’immobilier. L’essentiel de ces visas dorés ont été accordés à des ressortissants Chinois (plus de 50%), des Brésiliens et Russes.

Les mauvaises langues parlent d’un scandale fiscal, d’une machine à blanchir de l’argent sale sans aucun contrôle de provenance. Récemment, un citoyen chinois recherché par Interpol a pu obtenir un passeport portugais par ce procédé. Des personnalités politiques ont été confondues pour trafic d’influence et prise illégale d’intérêt, dont un ancien ministre, Miguel Macedo (ministre du gouvernement de centre droit de 2011 à 2014), démissionnaire en 2014 et actuellement jugé pour corruption.

Après ces épisodes qui ont fait beaucoup de bruit médiatique, le gouvernement suivant a ralenti pendant un temps, l’octroi de «visas dorés». Cette mesure a été de courte durée, en effet depuis le début de l’année 2016, les autorités lusitaniennes ont enregistré et traité un nombre record de demande de Golden Visa., plus de 1.600 en 5 mois.


Le Portugal, un exemple à suivre ?

D’autres pays méditerranéens tentent de mettre en place un système d’incitation fiscale identique au Portugal ; l’Espagne et la Grèce notamment, qui affaiblies par la crise économique, souhaitent attirer elles aussi les investisseurs étrangers.

Le Portugal reste cependant un eldorado immobilier. La progression du marché domestique a été exceptionnelle depuis 2 ans. Ce sont donc la conjonction de plusieurs facteurs qui explique le succès des mesures prises depuis 2012. Comme l’on dit, l’alignement des planètes a été parfait...pourvu que le phénomène persiste le plus longtemps possible.